Chroniques

16 Avr. 2019

Le travail de la chiropraticienne

Tous les professionnels de la santé de premier contact utilisent une méthode standard pour établir leur diagnostic et pour déterminer le programme de soins ou de traitement. Par leur statut, ces professionnels sont autorisés à recevoir directement leur patient, à définir les analyses ou les examens requis. Ils doivent décider de l’indication ou de la non-indication des soins chiropratiques et s’ils prennent en charge seul leur patient ou le référer à un autre professionnel de la santé pour des examens et/ou traitements complémentaires.

Lors de la première consultation, la chiropraticienne fera d’abord une anamnèse ou une histoire de cas, elle fera une étude de vos antécédents. Elle prendra note des chirurgies, des maladies ou des événements passés qui peuvent être en relation avec les problèmes actuels.

Elle effectuera ensuite tous les examens nécessaires pour établir son diagnostic : examen physique, orthopédique, neurologique, postural et autres ainsi qu’un examen radiologique. Elle fera en plus un examen chiropratique minutieux afin de rechercher la présence de « subluxations ».

Elle mettra ensuite en corrélation les résultats de ces divers examens avec ceux de son examen chiropratique. En effet, chacun des tests apportera de l’information à la chiropraticienne relativement aux zones présentant des problèmes qui interfèrent avec le fonctionnement normal du système nerveux et l’état de santé général.

Une fois l’étape du diagnostic complétée, elle doit décider si elle est en mesure d’aider le patient. Si la condition que présente le patient est réversible de manière naturelle, elle va en informer le patient et établir le programme de soins.

Chaque patient étant différent, la docteure en chiropratique préconisera un programme de soins individualisé. Elle détermine le pronostic, les différentes étapes de traitements ainsi que les réévaluations. Elle suivra l’état de santé de son patient et elle adaptera le programme de soins en fonction de l’évolution de ce dernier.

L’ajustement chiropratique est l’outil privilégié de la chiropraticienne. Le mot « ajustement » décrit des centaines de façon différentes d’exercer une pression dirigée et minutieusement contrôlée afin de restaurer la position et le mouvement articulaire normal. Certains ajustements peuvent produire un léger bruit articulaire. Ce bruit, appelé cavitation, est causé par des changements gazeux et fluidiques dans l’articulation et n’est pas un indicateur de la qualité ou de l’efficacité de l’ajustement.[1]

« Si vous avez des questions concernant cette chronique, n’hésitez pas à demander l’avis de votre chiropraticienne. »

 

[1] Gonthier, André-Marie, L’approche chiropratique, tout simplement santé!, Éditions Nouvelles AMS, 2005